Mohammed Khawaje, l’organisateur des manifestations pacifiques hebdomadaires à Nilin est décédé‏

01/01/2009
 
L’organisateur des manifestations hebdomadaire Mohammed Khawaje, blessé d’une balle dans la tête à Nilin, est décédé.

 
 
Mohamed Khawaje, blessé le 28 Décembre d’une balle dans la tête par les Forces d’Occupation Israéliennes dans le village de Ni’lin, est décédé hier soir.
Les Forces d’Occupation Israéliennes avaient tiré une balle réelle dans le front de Mohammed Khawaje, 20 ans, alors qu’il manifestait dans le village de Ni’lin contre les massacres israéliens dans la bande de Gaza. Il a été déclaré mort dans la soirée du 31 Décembre.

Son frère Arafat Khawaje, 22 ans, avait été tué d’une balle dans le dos par les soldats israéliens lors de la même manifestation le 28 Décembre.

Les volontaires de l’ISM dans le village de Ni’lin ont assisté aux tirs des soldats israéliens.

Sara Weinberg, une habitante de Chicago, a déclaré:
«Les internationaux qui vivent dans le village étaient sortis en solidarité avec les habitants de Ni’lin pour manifester contre le massacre de Gaza. Je me tenais à environ 15 mètres des garçons, quand nous avons entendu le bruit des balles réelles.
J’ai entendu des cris et j’ai vu que 3 étaient touchés. Un homme avait reçu une balle dans la jambe, un autre une balle dans la tête juste au-dessus des sourcils et un troisième avait reçu une balle dans le dos. Des hommes les ont évacués, celui qui avait reçu une balle dans la tête saignait abondamment.
Celui qui avait reçu une balle dans le dos était inconscient. Nous avons couru vers la route et les soldats n’arrêtaient pas de tirer sur nous du gaz lacrymogènes.
Les soldats ont attendu au moins 5 minutes avant de laisser passer l’ambulance par le checkpoint à l’entrée du village. »

 
Ibrahim Amira, membre du Comité Populaire de Nilin, déclare :
«L’Occupant est en train de transformer Ni’lin en un ghetto comme il a transformé Gaza en ghetto. Et de la même manière qu’un massacre a lieu dans la bande de Gaza contre ceux qui résistent au siège, un massacre a lieu à Ni’lin contre ceux qui résistent au Mur Apartheid »

Deux autres jeunes sont actuellement dans un état critique après avoir reçu une balle dans la tête par les forces d’occupation israéliennes alors qu’ils manifestaient en solidarité avec la bande de Gaza.

Hammam Al-Ashari, 18 ans, d’Abu Dis, a reçu plusieurs balles de caoutchouc dans la tête le 29 Décembre. Il est maintenant dans un état critique à l’hôpital Muqassad à Jérusalem.

Muhammad Jaber, 17 ans, a reçu une balle réelle dans la tête près de la mosquée Ibrahim le 28 Décembre, à Hébron. Il est également dans un état critique.
Source :ISM

Image de prévisualisation YouTube



Nouvelles exactions de l’armée israélienne à Nilin : 2 militants de Génération Palestine blessés

J’ai le sang qui chauffe.

Après avoir vécu personnellement la violence de l’armée face aux manifestants, palestiniens ou internationaux, après le décès des deux jeunes, et avant tout après avoir vu la vidéo du palestinien ligoté, il fallait qu’ils blessent des membres de notre famille de GP.

Dur de rester calme, de ne pas être haineux. Mais la haine ronge le coeur des hommes et nous empêche d’avancer.

Soutenons donc nos frères blessés car, « ce qui ne tue pas rend plus fort ».

Ils peuvent essayer de nous tuer mais il y aura toujours quelqu’un pour nous remplacer.

 

 

Article du site de Génération Palestine :

Nouvelles exactions de l’armée israélienne à Nilin : 2 militants de Génération Palestine blessés alors qu’ils participaient à une manifestation non-violente contre le Mur de l’Apartheid.

« Nous continuerons de combattre, malgré le sang versé et la violence de la répression, nous ferons tout ce que nous pouvons pour continuer d’informer sur cette situation tragique, interpeler nos dirigeants et faire en sorte qu’Israël paye le prix de ses crimes. »

Nilin, nouvelle capitale de la résistance contre le Mur, est soumise à une répression de plus en plus violente. Deux de nos membres en ont été victimes la semaine dernière. Les soldats ont tiré à bout portant leur grenades larcymogène, en tir direct, brûlant au bras le premier, qui a fait une crise d’asthme violente dans la nuit à cause des gaz respirés. Le second, gravement atteint à la tête, a dû se faire recoudre en deux points au front. A deux centimètres prêt, il perdait un oeil, voire la vie. La semaine précédente, deux enfants du village ont été assassinés par l’armée…

La suite de cet article :

http://www.generation-palestine.org/gp/index.php?option=com_content&task=view&id=80&Itemid=11

Image de prévisualisation YouTube

Génération Palestine, hier témoins aujourd’hui acteurs, les jeunes s’unissent pour une paix juste au Proche-Orient

 



L’Acceuil chaleureux de l’Armée

Aujourd’hui nous avons eu rendez-vous a Ramallah avec tous les participants de 3TA, que nous avions quitté il y a une semaine à Jérusalem. Apres les retrouvailles, direction le bus qui nous mène a Ni’lin, où nous devons participer à une manifestation pacifique contre la construction du mur. 

Apres une brève formation sur la conduite à tenir face à l’armée, d’ailleurs aucun d’entre nous étions tranquille lorsque l’on nous a annoncé qu’il fallait faire attention aux bombes lacrymogènes, aux balles en caoutchouc et aux arrestations … nous partons donc pour la manif. Ce qu’il faut savoir c’est que, étant donné l’intention pacifique et non violente de la manifestation, nous partons à pied, sans armes, en apparence non menaçants, en en face nous trouvons des militaires, armés jusqu’aux dents, enthousiastes de nous faire partager leur attirail, lorsque je dis partager c’est l’utiliser contre nous, bien évidement. 

1620838.jpg             1620837.jpg

Petit rappel du but de la manifestation : la population nous demande de les soutenir en tant qu’internationaux, le mur ne cesse de s’agrandir et ne respecte pas la ligne verte. Le Mur traverse des terrains, des maisons, et des villages. De plus, de l’autre cote du mur nous voyons clairement les nouvelles maisons des colons. Nous avançons sur un terrain en pente, pour essayer d’atteindre le bulldozer qui construit le mur, afin d’exprimer notre désaccord. Une manif quoi! et aussi pour leur faire perdre du temps et de l’argent car c’est une compagnie privée qui finance la construction. 

LA MANIF 

Nous nous dirigeons donc vers le terrain où aura lieu la manifestation. Un terrain en pente, plein de gros et petits cailloux,  quelques oliviers, beaucoup de soleil.  Nous avançons et très vite on nous indique de presser le pas, des hommes nous disent en arabe d’aller vite, nous dévalons la pente en courrant tout en essayant de garder les petits groupes que nous avions formés au cas ou il y aurait affrontement direct avec les militaires. Mais impossible de rester grouper, j’arrive à rester avec H., avec laquelle on ne s’est pas lâchée de toute la manif. Les tirs des bombes lacrymogène se font tout de suite sentir, H et moi sommes devant à ce moment la et une BL atterrit juste à coté de nous. Tout de suite H a beaucoup de mal à respirer, je lui prend la main et l’éloigne en lui faisant respirer de l’oignon que j’avais mit dans ma poche, apparemment ça aide, pas trop! Moi j’ai très mal aux yeux mais ça va, pour le moment. L’adrénaline est à son maximum car on court, en entendant les sifflement des bombes lacrimo qui nous passent au dessus de la tête et qui atterrissent à nos cotés,… On repart devant, avec un petit groupe, on s’arrête, on met des pierres sur la route au cas ou l’armée veuille passer avec son char, et nous mettons le feu a des branches d’olivier. Ce qui a du les énerver car la ils nous ont bombardés de gaz lacrimo, on a tous essayer de fuir vers le haut, mais la je m’en prend vraiment dans la figure, non seulement j’ai mal aux yeux mais la je ne peux vraiment plus respirer, je m’étouffe et je crache mes poumons. J’avance en courrant mais je ne vois rien. J’arrive juste a apercevoir un jeune palestinien qui vient vers moi pour m’aider, je m’appuis sur lui, j’entend une fille qui pleur derrière moi, je l’attrape aussi, et il nous emmène nous abriter sous un arbres. H est la aussi, on s’assoit, on crache et on tousse. 

On a du mal à respirer mais la colère est tellement forte qu’on y retourne. Mais au bout de la 3eme bombe c’est trop, tout le monde se replie. Tout le groupe repart au front avec le but d’aller jusqu’aux soldat et jusqu au mur, mais Al, Sab, La et moi restons en retrait car on a eu notre dose. J’apprend alors que l’un de nos participant qui filmait c’est prit une balle en caoutchouc dans la joue, et a eu 6 points de soutures. Ces chiens sont sensés tirer dans les jambes, on pourrait dire que c’est dans la confusion mais manque de bol notre ami était en train de filmer le militaire, qui a prit son temps pour le viser, et a tiré. En voyant au loin les autres participants au front, dont certains sont de mes amis proches, j’étais très émue de la scène. Je les voyait se battre pour une cause juste et noble, et en face ils ont en réponse de la violence. Ce qui m’a énormément touché aussi c’est que beaucoup d’enfants nous ont accompagné, on tirés des pierres, et ne semblaient pas effrayés ou freinés par les bombes lacrimo, preuve qu’ils ont malheureusement l’habitude, et qu’ils se battrons jusqu’au bout pour sauver leur terre. A savoir que si on se fait prendre, une pierre jetée est égale à un an de prison. Voilà notre matinée, nous ne sommes pas des héros, loin de la. Cette réalité, les palestiniens la vivent quotidiennement.  J’espère et nous espérons que la population sait que nous sommes solidaires. 

Qu’Allah accepte l’intention que nous avons mise dans cette action. Amine. 

           manif20neeleen20jeudi.jpg    manif20neeleen20jeudi20029.jpg    manif20neeleen20jeudi20023.jpg  



Le gite CléVacances de Mens... |
Un Semestre à Beijing |
Les vacances aux US |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AnneSo chez les Incas
| Voyage au bout du monde
| Merzouga Desert Hotel