ANTI – QUOI ???

Anti-sémitisme et Anti-sionisme.

      La limite est parfois mince dans l’esprit de certains.

Trop associent le fait d’être contre l’idéologie sioniste (qui consiste à coloniser une terre) avec le fait de hair les juifs.


Certes les colons qui s’installent en Cisjordanie sont juifs, car ils sont appelés par le gouvernement israéliens à venir habiter ces « terres » soit-disant « sans peuple »,grâce au fait de leur judaicité avec cette fameuse loi du retour.  Le colon d’Israel – Palestine est donc juif.

Ce qui est navrant c’est que beaucoup en profitent pour justifier leur haine contre les juifs. L’antisémitisme est devenu une mode dans certains milieux et il est le plus souvant non fondé. Lorsque l’on demande à certains pourquoi ils n’aiment pas les juifs, souvant ils nous disent : « je ne sais pas, je ne les aime pas c’est tout ». C’est ce que j’ai bien trop entendu.
Ceux qui ne les aime pas pour des motifs religieux doivent comprendre que ceux sont des créatures de Dieu. Allah a voulu leur existence, les détester et avoir envie de les supprimer revient à remettre en cause la création même du Créateur.
Ceux qui les détestent à cause de ce qui se passe en Palestine doivent canaliser leur colère et  la transformer en action. C’est à dire devenir militant et actifs en faveur de la Palestine, car les Palestiniens ont besoin d’aide !


A savoir que beaucoup de juifs, plus précisément les jeunes, ne se rendent pas compte de ce qui se passe réellement au proche-orient. Il est difficile d’en vouloir à personnes à qui l’on ment dès la naîssance.

Voilà c’est dit. Faire ce point me tenait à coeur, le gouvernement israélien est injuste, ne le soyons pas nous même en punissant des innocents avec des insultes, ou pire encore des attaques. Réflechissons, unissons nos forces, et agissons, en faveur du peuple palestinien.



 » TU SERAS UN HOMME MON FILS « 

                                       

                                       phototsahaltexte.jpg

 

Finalement j’ai de la peine pour certains jeunes israéliens .

Dès leur enfance ont leur ment, on leur lave le cerveau, on leur fait croire que les israéliens sont chez eux et sur le terre. 

On leur dit :  » Tu seras un Homme mon fils », mais ce passage à l’age adulte s’effectue à travers les armes, des M16 plus précisément.

 

                                                lereposdetsahal1.jpg
« Tu seras un homme certes, et pour y arriver va sur les territoire occupés (par nous!), fais ta loi, car là bas, les palestiniens n’ont aucuns droits, mon fils. Tu aurais aimé sortir ce soir et te réveiller auprès de ta bien aimée, non mon fils, tu vas servir ton pays. Tu vas protéger les colons, mon fils, tu vas utiliser la force, tu l’exercera sur les hommes, les femmes, les enfants, les malades, les vieux, … même les animaux. Si tu t’ennui, tu peux tirer au hasard, avec un peu de chance tu arriveras à blaisser quelqu’un. Et aux fais les attendre aux ckeck-points des heures durant, sous la chaleur intense du soleil, car ainsi ils seront à bout de nerf, si l’un de se rebelle, humilie le. Ainsi, tu seras un homme mon fils »

 

                                         sanstitre1.bmp
Voila comment certains pensent.

Je dis bien certains, car les israéliens ne sont pas tous daccord avec la politique d’Israél.

Il existe même des associations anti-sionistes et anti-colonialistes, qui luttent et militent activement contre leur propre gouvernement.

 

 

Voici quelques sites interessants :
Alternative Information Center

www.alternativenews.org/
Témoignages de Refuzniks
http://www.upjb.be/Site%20upjb/pages-refuznik/refuznik01.html

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=4998

 

Article de Michel Warshawski  sur ALTERNATIVES
http://www.alternatives.ca/auteur109.html

Anarchists against the wall
www.awalls.org/

Women against the Occupation and for Human Right
http://www.machsomwatch.org/en
 



Le Mur

LE MUR

Le Mur, laissez moi vous parler du Mur.
Appelé Mur de l’apartheid ou Mur de la honte, il va à l’encontre la dignité humaine.

Ce gros bloc de béton de 7 à 9 mètres de haut, qui se transforme parfois en barrières électriques, ou barbelés, a gâché et continue de gâché la vie des palestiniens à causes de ses lourdes conséquences.

Des conséquences écologique : arrachement de milliers d’oliviers, des terres inexploitées, épuisement des nappes phréatiques du côté des colons, déchets des colons, …

Des conséquences sociologiques : les enfants son déscolarisés, les adultes ne peuvent plus travailler, …

Des conséquences morales : les palestiniens ne voient pas le bout, leur haine est attisée, certains perdent espoir.

La Palestine devient  un territoire émietté dont les parcelles sont parfois gérer par des autorités locales, ce qui entraine une ghetorisation de la population.

Ils (les israéliens) l’appellent Mur de la Sécurité, mais la sécurité pour qui ? Combien de palestiniens, adultes et enfants, sont tués car ils s’approchent trop près du mur ? Combien décèdent car il ne peuvent se rendre dans les hôpitaux ? Combien ne peuvent plus vivre correctement car leur terres sont expropriées ?

Certains on en fait un toile d’expression libre, ce qui suscite parfois polémique car, peut on embellir quelque chose de dramatique ? sachant qu’il est le seul moyen finalement pour les palestiniens de s’exprimer.

 

Prenez un instant, fermez les yeux, (non ne les fermez pas! vous devez continuer à lire!), et imaginez ce qui suit :

Vous empruntez tous les jours le même chemin pour amener vos enfants à l’école, ensuite vous allez faire des courses à la supérette d’à côté, ensuite vous travaillez la terre dans votre jardin.
Un beau jour, vous vous levez, un mur traverse votre village, mais pas n’importe quel mur, un mur en béton de plus de 7 mètres de haut. Ce même mur vous coupe l’accès à école de vos enfants, avec un peu de chance il pourront l’atteindre en faisant un détour de 1 à 3 heures, ou bien ils ne pourront plus jamais y retourner car les militaires des check point craignent que les enfants aient des bombes cachées dans leur sac à dos, au milieu du goûter et de leur cahier.
Votre supérette n’existe plus car elle était en plein dans le passage du mur! Mais vous ne baissez pas les bras, il y aura bien des légumes dans votre jardin ! Mais non … le mur passe en plein milieu !

et oui ça a l’air fou, mais c’est la réalité.

Vous vous êtes indignés du Mur de Berlin et vous ne vous indignez pas du Mur Israélien ?

judaismepl2.jpg    murpalestine.jpg    n6679666661146343366.jpg    n6679666661146344688.jpg

 

Informez vous, descendez dans la rue, soutenez ceux qui veulent retrouver leur dignité et leur droit de vivre normalement.

Voici un lien qui résume bien les conséquences dramatiques du Mur  : http://www.france-palestine.org/article40.html



Ramadan Moubarak Nablous

Youssef Haji est un marocain vivant en France. Militant des droits de l’Homme, il est également fondateur de Darna Maison des initiatives des jeunes et citoyens de Naplouse.
Il nous a envoyé ce matin la retranscription des échanges avec Hany, Palestinien de Naplouse. Récit d’une conversation téléphonique tenue hier, Mercredi 10 septembre.

Ramadan karim ?, par Youssef HajiComme lors des Noël à Paris ou de Rosh Hashana à New York, nous avons cette habitude, dans le monde musulman, d’envoyer des SMS et autres cartes électroniques pour souhaiter le Ramadan.

J’envoie le SMS le plus ringard « Ramadan karim » (Ramadan généreux) à Hany un ami secouriste de Naplouse, et vite je reçois une réponse « je suis sous les tirs, Ramadan karim pour toi aussi ».

Deux heures après, je prends mon téléphone et Hany me raconte : « A l’heure de l’Iftar (rupture de jeûne), nous avons entendu des tirs nourris dans le quartier, j’ai vite mis mon gilet de secouriste et me suis précipité vers l’extérieur. Rapidement, j’ai eu un message du Secours médical me demandant de rejoindre une ambulance à 500 m de chez moi.

L’ambulancier me dit que c’est impossible de bouger la voiture, les tirs arrivent de tous les cotés. Nous apprenons par la radio du centre que la maison Fretekh à Ras el Ayn est encerclée. Les Shabab (jeunes) sont déjà dans la rue en train de jeter les pierres sur des dizaines de Jeeps israéliennes. D’habitude, j’adore ce silence qui envahit Naplouse à cette heure de Ftour. Ce jour-là, il y avait un vacarme de tirs réels et de bombes sonores.

Toute la ville à arrêté son ftour pour découvrir que les Israéliens avaient vidé leurs chargeurs sur les jambes de Walid Fretekh en le laissant se vider de son sang.

Apres leur départ, je réussis à rentrer dans la maison. La table de ftour est encore dressée avec les jus, Katayef et Chorba et tout autour, du sang et une famille paralysée. Nous partons à l’hôpital avec le corps de Walid encore vivant, mais rapidement Walid nous quitte avec un petit sourire au bout des lèvres comme s’il se moquait de l’absurdité de cette vie à Naplouse.

Walid a 25 ans, c’est un enfant de mon quartier et du Fatah; il a invité chez lui Jafar Jaara, un jeune résistant du Fatah ayant bénéficié de l’amnistie israélienne conclue avec l’autorité palestinienne, ainsi que Raif Chaaban, qui fait partie des 198 prisonniers palestiniens libérés récemment.

De toute évidence, les Israéliens ont suivi ces otages libérés à la trace, s’en servant comme des poissons apats pour pêcher d’autres militants dans notre ville aquarium.

Ces escadrons de la mort ont attendu que Walid souffre en regardant son sang le quitter devant sa mère et sa famille. Même les braconniers ne font pas cela aux animaux dans la jungle. Ses deux amis ont été embarqués par les militaires, l’un des détenus est gravement touché, lui aussi.

La nuit du ramadan fut courte et je me pose cette question : comment nos dirigeants peuvent-ils encore goûter au jus de carotte et à la chorba ? Pour moi, leur goût est devenu celui de ce sang dont les gouttes ce sont coagulées dans la fraîche citronnade de la mère de Walid qui n’a rien fait à part recevoir les amis de son fils un jour de Ramadan. Ramadan Karim … »

Youssef Haji
Copyright Yabiladi.com



Ahmad Hossam youssef moussa – Martyr à 10 ans

(message de K.)

Salut la famille,


Juste un apercu des funerailles du jeune Ahmad Hossam youssef moussa, en attendant de poster le montage de nos images.
http://fr.youtube.com/watch?v=84_ePTW6wEE Non seulement tuer d une balle dans la tete un enfant de dix ans ne suffit pas, il faut aussi tirer dans le cortege funeraire et semer à nouveau la mort quelques heures plus tard : Un jeune de 19 ans est encore décédé apres l enterrement pour avoir jeté des pierres sur les soldats vers 19.30.

Paix à leurs ames.

K.

821204081.jpg

610x.jpg



Petit Récapitulatif

Je n’ai pas eu le temps d’écrire avant … 

Vendredi je suis allée à Naplouse, la ville la plus chaude de Palestine, je suis allée dans le camps de Balata, le camps le plus chaud ! 

La journée était très tendue car, en tant qu’internationaux, nous sommes très suspectés par la population. 

Heureusement le soir j’ai dormi dans une famille où nous avons fait la fête ! 

Le lendemain journée a Ramallah 

La je vous écrit de Jérusalem, je repars demain pour la France, le retour à la réalité va être dur ! 

Merci a tous de m’avoir suivi. 

Gros bisous et à bientôt pour de nouvelles aventures!!!



El Khalil – Hébron pour certains !

Aujourd’hui visite de la ville de El Khalil, plus connue sous le nom de Hébron. C’est une ville très particulière car colons et palestiniens y cohabitent. Le climat est donc tendu, tout comme l’accueil du soldat nous visant avec son arme pendant que nous passons devant lui, à pied, et non armés.  Nous sommes allés sur le toit d’un habitant de la ville, où son fils nous a raconter ses mésaventures avec les soldats et colons. En résumé, ils sont venus, ont cassé la jambe de son petit frère, ont blessé au visage l’autre, ont laissé sa mère accoucher dans la rue. Les militaires occupent parfois des maisons pendant plusieurs jours pour surveiller la ville (vu que la sienne est en hauteur, elle est idéale). Au dessus de son toit, il y a une tour de contrôle, où un militaire observe, perché dans sa cage, j’aimerai savoir qui est vraiment prisonnier dans ce conflit? Hébron est aussi la ville ou il y a le tombeau d’Ibrahim, (Abraham en français), son épouse Sarah, ainsi que Ishaac et sa femme Rafka. Pour l’accès a la Mosquée Ibrahim, premier check point, puis un deuxième pour fouiller le sac, et un troisième à l’entrée même de la mosquée! Et en prime on a le droit au soldat qui chante fort, histoire de nous déranger, il doit vraiment s’embêter dans sa « cage » de contrôle. Dans la vieille ville les touristes sont rares, les magasins pas tous ouverts, car la violence est fortement présente. Apparemment les rapports avec les colons se sont un peu améliores, les militaires se sont calmés mais à la place une espèce de milice agit avec violence sur la population, surtout avec les enfants.

1620751.jpg 1620741.jpg
Le jeune qui nous a reçus et son toit

1620758.jpg 1620760.jpg 1620762.jpg

Les déchets sont jetés par les colons depuis leur fenêtre, du coup des filets ont été installés, mais ils balancent de l’eau sale

1620756.jpg 

Le vieil homme nous explique que les commerçants font face à de grandes difficultés. 

Il nous dit aussi qu’avant 1948, arabes et juifs s’entendaient bien, qu’ils cultivaient leurs terres et que tout se passait pour le mieux.

MOSQUEE IBRAHIM

1620770.jpg 1620773.jpg 1620782.jpg 1620788.jpg 1620781.jpg 1620772.jpg 1620771.jpg

Tombe d'Ibrahim
Le tombeau d’Ibrahim



Handala – Symbole de Resistance

Handala

Handala Pole Video

Handala, the Palestinian defiance symbol

Handala is the most famous of Naji al-Ali’s characters. He is depicted as a ten-year old boy, and appeared for the first time in Al-Siyasa in Kuwait in 1969. The figure turned his back to the viewer from the year 1973, and clasped his hands behind his back. The artist explained that the ten-year old represented his age when forced to leave Palestine and would not grow up until he could return to his homeland; his turned back and clasped hands symbolised the character’s rejection of « outside solutions ». Handala wears ragged clothes and is barefoot, symbolising his allegiance to the poor. In later cartoons, he sometimes appears throwing stones or writing graffiti.

Handala became the signature of Naji al-Ali’s cartoons and remains an iconic symbol of Palestinian identity and defiance; the artist remarked that « this being that I have invented will certainly not cease to exist after me, and perhaps it is no exaggeration to say that I will live on with him after my death ».



Des Emotions Fortes

Les Palestiniens ne peuvent nous laisser indifférents et insensibles à leurs conditions de vie. Ceux sont les habitants et leurs récits qui nous font prendre conscience de l’injustice qu’ils subissent depuis maintenant 60 ans.

!!! RE-SI-STONS !!!

c’est le mot d’ordre. 

Malgré le climats tendu, les Palestiniens sont extrêmement souriants et accueillants. Les enfants sont curieux et intelligents. Ils nous parlent avec beaucoup d’humilité. Si nous prenons le temps de les écouter, et Dieu sait qu’ils ont beaucoup de choses à dire, beaucoup de témoignages, nous prendrions conscience qu’ il est impossible de supporter ce qu’ils vivent au quotidien : destructions de leurs maisons, vol de leur terre, assassinats, humiliations, aucun droits,… 

Mais malgré ça ils demeurent dignes et ne cessent de se battre. 

Les Palestiniens nous ouvrent leur maison, c’est a dire leur cœur. L’échange est rempli d’émotion. Certains nous offrent du raisins fraîchement cueillit, comme un habitant du village de Hanata, d’autres nous invitent chez eux comme les frères rencontrés à Al Aqsa.
Ma plus belle rencontre pour le moment à été celle des enfants au Dôme du Rocher, ces petits si jeunes mais si intelligents. 

Certaines visites nous mettent la rage au ventre, comme celle de la ville de Kermiel, où le village de luxe des collons venus de l’Est ne cesse de s’accroître sur les terrains d’un des nombreux villages non reconnus par Israël. Les villas empiètent sur les terrains des maisons des Palestiniens, maisons qui sont devenues des bidonvilles. Au début, l’accès à l’eau leur à été coupé et interdit, maintenant ils ont le droit à un tuyau, qui passe sur la terre, dont l’eau qui en sort est bouillante. L’armée menasse et met la pression sur une population dont les droits ont été bafoués. A savoir que les colons occupent illégalement les terrains, tout ça avec la bénédiction du gouvernement, processus de colonisation mis en oeuvre par A.Sharon. 


L’émotion est à son comble à la rencontre de Mourad du camps de Deisheh, ce jeune homme de 20 ans a vécu ou vu des choses qu’aucun être humain aurait du voir. Chaque anecdote est pour nous une manière de se rappeler pourquoi nous sommes ici. 

  

  

 



Le gite CléVacances de Mens... |
Un Semestre à Beijing |
Les vacances aux US |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AnneSo chez les Incas
| Voyage au bout du monde
| Merzouga Desert Hotel