Le Mur

LE MUR

Le Mur, laissez moi vous parler du Mur.
Appelé Mur de l’apartheid ou Mur de la honte, il va à l’encontre la dignité humaine.

Ce gros bloc de béton de 7 à 9 mètres de haut, qui se transforme parfois en barrières électriques, ou barbelés, a gâché et continue de gâché la vie des palestiniens à causes de ses lourdes conséquences.

Des conséquences écologique : arrachement de milliers d’oliviers, des terres inexploitées, épuisement des nappes phréatiques du côté des colons, déchets des colons, …

Des conséquences sociologiques : les enfants son déscolarisés, les adultes ne peuvent plus travailler, …

Des conséquences morales : les palestiniens ne voient pas le bout, leur haine est attisée, certains perdent espoir.

La Palestine devient  un territoire émietté dont les parcelles sont parfois gérer par des autorités locales, ce qui entraine une ghetorisation de la population.

Ils (les israéliens) l’appellent Mur de la Sécurité, mais la sécurité pour qui ? Combien de palestiniens, adultes et enfants, sont tués car ils s’approchent trop près du mur ? Combien décèdent car il ne peuvent se rendre dans les hôpitaux ? Combien ne peuvent plus vivre correctement car leur terres sont expropriées ?

Certains on en fait un toile d’expression libre, ce qui suscite parfois polémique car, peut on embellir quelque chose de dramatique ? sachant qu’il est le seul moyen finalement pour les palestiniens de s’exprimer.

 

Prenez un instant, fermez les yeux, (non ne les fermez pas! vous devez continuer à lire!), et imaginez ce qui suit :

Vous empruntez tous les jours le même chemin pour amener vos enfants à l’école, ensuite vous allez faire des courses à la supérette d’à côté, ensuite vous travaillez la terre dans votre jardin.
Un beau jour, vous vous levez, un mur traverse votre village, mais pas n’importe quel mur, un mur en béton de plus de 7 mètres de haut. Ce même mur vous coupe l’accès à école de vos enfants, avec un peu de chance il pourront l’atteindre en faisant un détour de 1 à 3 heures, ou bien ils ne pourront plus jamais y retourner car les militaires des check point craignent que les enfants aient des bombes cachées dans leur sac à dos, au milieu du goûter et de leur cahier.
Votre supérette n’existe plus car elle était en plein dans le passage du mur! Mais vous ne baissez pas les bras, il y aura bien des légumes dans votre jardin ! Mais non … le mur passe en plein milieu !

et oui ça a l’air fou, mais c’est la réalité.

Vous vous êtes indignés du Mur de Berlin et vous ne vous indignez pas du Mur Israélien ?

judaismepl2.jpg    murpalestine.jpg    n6679666661146343366.jpg    n6679666661146344688.jpg

 

Informez vous, descendez dans la rue, soutenez ceux qui veulent retrouver leur dignité et leur droit de vivre normalement.

Voici un lien qui résume bien les conséquences dramatiques du Mur  : http://www.france-palestine.org/article40.html



Témoignage: La Paix au Proche Orient?‏

Enfin les actions reprennent … !

Nous avons été sollicités par le membre fondateur d’Anarchistes contre le Mur à venir témoigner sur notre propre expérience de la Manifestation de cet été, ainsi que sur le Mur de l’Apartheid.

Enfin nous allons pouvoir rendre un TEMOIGNAGE, chose qui me tenait à coeur car les Palestiniens nous l’avaient demandé.

***************************************************************************** 

Génération Palestine vous invite à échanger avec les participants du programme Tous
Témoins, Tous Acteurs fraîchement revenus d’Israël/Palestine.
INVITE: Gaï DAVIDI
Militant israélien, membre fondateur des Anarchistes contre le mur
projection du film : ‘In Working Progress’
 

Anarchistes contre le mur

JEUDI 25 SEPTEMBRE
Amphi Benveniste
17h-19h
Maison de l’Orient         
7 rue Raulin
69007 Lyon

 



Ramadan Moubarak Nablous

Youssef Haji est un marocain vivant en France. Militant des droits de l’Homme, il est également fondateur de Darna Maison des initiatives des jeunes et citoyens de Naplouse.
Il nous a envoyé ce matin la retranscription des échanges avec Hany, Palestinien de Naplouse. Récit d’une conversation téléphonique tenue hier, Mercredi 10 septembre.

Ramadan karim ?, par Youssef HajiComme lors des Noël à Paris ou de Rosh Hashana à New York, nous avons cette habitude, dans le monde musulman, d’envoyer des SMS et autres cartes électroniques pour souhaiter le Ramadan.

J’envoie le SMS le plus ringard « Ramadan karim » (Ramadan généreux) à Hany un ami secouriste de Naplouse, et vite je reçois une réponse « je suis sous les tirs, Ramadan karim pour toi aussi ».

Deux heures après, je prends mon téléphone et Hany me raconte : « A l’heure de l’Iftar (rupture de jeûne), nous avons entendu des tirs nourris dans le quartier, j’ai vite mis mon gilet de secouriste et me suis précipité vers l’extérieur. Rapidement, j’ai eu un message du Secours médical me demandant de rejoindre une ambulance à 500 m de chez moi.

L’ambulancier me dit que c’est impossible de bouger la voiture, les tirs arrivent de tous les cotés. Nous apprenons par la radio du centre que la maison Fretekh à Ras el Ayn est encerclée. Les Shabab (jeunes) sont déjà dans la rue en train de jeter les pierres sur des dizaines de Jeeps israéliennes. D’habitude, j’adore ce silence qui envahit Naplouse à cette heure de Ftour. Ce jour-là, il y avait un vacarme de tirs réels et de bombes sonores.

Toute la ville à arrêté son ftour pour découvrir que les Israéliens avaient vidé leurs chargeurs sur les jambes de Walid Fretekh en le laissant se vider de son sang.

Apres leur départ, je réussis à rentrer dans la maison. La table de ftour est encore dressée avec les jus, Katayef et Chorba et tout autour, du sang et une famille paralysée. Nous partons à l’hôpital avec le corps de Walid encore vivant, mais rapidement Walid nous quitte avec un petit sourire au bout des lèvres comme s’il se moquait de l’absurdité de cette vie à Naplouse.

Walid a 25 ans, c’est un enfant de mon quartier et du Fatah; il a invité chez lui Jafar Jaara, un jeune résistant du Fatah ayant bénéficié de l’amnistie israélienne conclue avec l’autorité palestinienne, ainsi que Raif Chaaban, qui fait partie des 198 prisonniers palestiniens libérés récemment.

De toute évidence, les Israéliens ont suivi ces otages libérés à la trace, s’en servant comme des poissons apats pour pêcher d’autres militants dans notre ville aquarium.

Ces escadrons de la mort ont attendu que Walid souffre en regardant son sang le quitter devant sa mère et sa famille. Même les braconniers ne font pas cela aux animaux dans la jungle. Ses deux amis ont été embarqués par les militaires, l’un des détenus est gravement touché, lui aussi.

La nuit du ramadan fut courte et je me pose cette question : comment nos dirigeants peuvent-ils encore goûter au jus de carotte et à la chorba ? Pour moi, leur goût est devenu celui de ce sang dont les gouttes ce sont coagulées dans la fraîche citronnade de la mère de Walid qui n’a rien fait à part recevoir les amis de son fils un jour de Ramadan. Ramadan Karim … »

Youssef Haji
Copyright Yabiladi.com



Le gite CléVacances de Mens... |
Un Semestre à Beijing |
Les vacances aux US |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AnneSo chez les Incas
| Voyage au bout du monde
| Merzouga Desert Hotel